vendredi 13 octobre 2017

Ouzbekistan 2

Après un passage de douane "Normale" sans demande de bakchich et une visite un peu plus approfondie de Fare-Night coté Ouzbek.  Nous voilà pour 9 jours au pays des mille et une merveilles. Samarkand, Boukhara et Khiva des noms qui font rêver... Mais avant de les découvrir nous traversons la campagne, des champs de coton à perte de vue. 


Petite mise en bouche avant de découvrir les cités mythiques de la route de la soie. Arrêt à Chakrisabz ville de naissance de Tamerlan. Le centre historique fait penser à un parc à thème. Les monuments sont beaux, mais la vieille ville a été remplacée par un immense jardin. Après les grands espaces Takjiks nous sommes heureux de retrouver quelques boutiques de plus nous avons passés un très bon moment en compagnie de ces trois vendeurs.









Nous arrivons en fin de soirée à Samarkand, direction un petit hôtel proche du Registan nous n'y dormirons pas et pour ma part je n'utiliserais pas la douche non plus beurk je préfère mon petit chez nous. Alors pourquoi aller à l'hôtel??? Et bien pour se faire enregistrer, ces enregistrements nous seront réclamés à la sortie du pays. Au vue d'autres voyageurs, un enregistrement tout les 3 jours est accepté. Cela tombe bien nous faisons 3 villes et cela simplifie notre recherche de bivouacs, de plus les rencontres avec d'autres voyageurs sont sympas et les petits dej sont succulents. Nous découvrons et visiterons le Registan de nuit, superbe!!!



vidéo 537

Vue de notre chambre, mauvaise photo mais royale notre place de parking.


Nous nous sommes levés très tôt pour découvrir la ville pendant la journée, car ce soir nous préférons bivouaquer en campagne. Nous sommes à 7h30 dans les starts. Mais malheureusement nous quitterons l’hôtel que 2  bonnes heures plus tard, une jeune femme tombe sous mes yeux de l'escalier, nous avons tout les deux des notions de secourisme et cela nous a bien servi. l'hôtelier a été dépassé par les événements, Laurent ira extraire un médecin (orthopédique) de la clinique d'en face pour effectuer les premiers soins. Nous partirons à la découverte de la ville une fois l'ambulance partie, mais notre enthousiasme est moindre. 
Nous déambulerons jusqu'au milieu de l’après midi, visite de madrassas, de  mausolées et de mosquées. Beaucoup de touristes affluent et avec eux nous les commerces, les resto... se multiplient à foison. Le manque authenticité n'enlève en rien à la beauté du cite, et quoi qu'en pense certains que serait Samarkand sans les restaurations faites par les russes?















A quelques kilomètres de la ville, visite du mausolée Imam AL-Bukhari






Nous  déposons Fare-Night à la guesthouse , blabla bien sympathique avec Barbara et Aurélien qui nous donnerons l'astuce pour utiliser les sites internet interdits en Iran et Andréa qui après ses études en Chine a décidée de rentrer en France en vélo. Nous partons à la découverte de Boukhara la paisible, petite pause autour du bassin Liab-i-Haouz,  puis tout en flânant nous faisons le tour des principaux monuments à visiter jusqu'à la cité royale Ark.  Nous sommes à la recherche du petit cadeau pour notre jeu, cela tombe bien il y a une multitude de petits commerces "à touristes". Les prix sont faits en rapport de l'age et de la nationalité, on me prend souvent pour une russe, une vendeuse me dit un euro pour mon achat, puis s’apercevant que je suis française le prix est multiplié par 4. Et bien comme je suis française je vais ailleurs. Nous terminerons notre soirée par un petit restau boui-boui où la patronne fan de thé nous fera découvrir de nouvelle saveur. Le lendemain après un petit déj ouzbek, nous retournerons admirer la ville.














Ici, quand on transporte le fer à béton, pas besoin de camion...





Avant de visiter Khiva, nous faisons un petit détours afin de découvrir les citadelles datant du 4ème siecle Laurent n'est pas enthousiasmé, il trouve que cela ressemble à un château de sable qui aurait pris une vague. Nous y retrouverons Sylviane et Benoît (JSBmobile) pour un bivouac, nous nous retrouverons à nouveau la veille de notre passage au Turkménistan pour faire la traversée ensemble.








Pour réconcilier Laurent avec les châteaux de sable, nous nous rendons à Khiva. Le bleu se fait moins présent et nous nous  laissons emporter dans ce dédale de ruelles. Nous profitons de l’hôtel, pour faire le grand ménage dans Fare-Night afin d'affronter la frontière demain.















Allez pour le plaisir des yeux Lada tuning!


Voilà 9 jours bien chargés, mais quel bonheur d'avoir mis des images sur ces noms de villes qui nous fascinent. Du fait du peu de temps que nous avons eu, nous avons eu moins de contacts avec les ouzbeks. Mais les échanges en campagne ont été souriants et les invitations à dormir dans la cour ou à prendre le thé ont été une fois de plus présents. En ville nous étions noyés dans la masse de touristes mais cela fait du bien de temps en temps de ne pas être sollicités.  

mercredi 11 octobre 2017

Ouzbékistan 1 bis


Réponse à notre jeu :  C'est tampons en bois cloutés appelés chekichs sont utilisés pour marquer le pain

Bravo à vous deux, Nadia et JC vous avez répondu en même temps. Alors pour vous départager voici la question subsidiaire.

Qui est le personnage représenté sur cette statue ?

Ouzbékistan 1

Nous nous doutons de votre impatiente , voici donc la question à notre jeu.

Quel est l'utilisation de ces objets en premier plan?


dimanche 1 octobre 2017

Tadjikistan 4

Nous nous engageons dans la vallée de Bartang, Laurent n'est pas en forme, tourista quand tu nous tiens... Nous attendrons le lendemain  pour effectuer la très agréable rando dans la vallée de Jeyser.


















Nous nous dirigeons vers Kala-i-Khumb avec à bord un nouvel auto stoppeur russe. Andreï se faufilera tant bien que mal à l’arrière de Fare-Night.  Il est ravi de nos nombreux arrêts photos, peut être un peu moins du long moment de discussion en français avec 2 cyclotouristes Manon et Paulo. Nous ne nous lassons pas de la vue sur l'Afghanistan et assisterons au dynamitage de la montagne pour l'aménagement d'une route. Les normes de sécurités ne sont pas européennes.














Apres avoir déposé Andreï, nous décidons de rejoindre Dushanbé par la piste nord. Les paysages sont superbes, mais nous avons 285 kms avant de rejoindre la capitale. Nous avons hâte de connaitre le verdict pour le visa turkmène, donc nous allons rouler de longues heures pour y arriver au plus tôt.






nous ne dormirons pas n'importe où ce soir.






De nombreux locaux ont fait la route avec nous, nous prenons rarement des photos d'eux. Mais ce monsieur est trop... beau, je n'ai pas pu m'empécher de lui demander une photo.

 
Rencontre éphémère avec un couple de jeunes bretons. Dommage à quelques heures prêt nous aurions partager un bivouac. Mais nos directions été opposées.

Mardi après midi nous arrivons à Dushanbé, nous allons directement à l'ambassade du Turkménistan. Le service visa sera ouvert  demain matin.
Bon au tour de l'ambassade Ouzbek, car nous voulons la confirmation des frais de passage en douane. Leur réponse sera fausse car aucune taxe nous sera demandée, et d’après eux il y en avait une de 50$. 
Au tour de l'ambassade de France, accueil chaleureux par le 1er secrétaire. Il s'arrangera à avoir la lettre de protection qui en cas de rencontre avec des policiers gourmands peu être utile en contactant l'ambassade de France de Tachkent.
Nous cherchons un bivouac hors de la ville et n'en trouvant pas. Nous retournerons proche de l'ambassade Turkmène devant la maison familiale de Bakhtior. Un grand merci à toute la famille qui nous a reçu avec une énorme gentillesse pendant ses 2 jours. 







  
Allez je lève le suspens. Youhou!!! nous avons nos visas transit de 5 jours pour rejoindre L’Iran. On plane, c'est presque aussi bon que de gagner au loto. Nous pouvons maintenant aller visiter la ville le coeur léger. 













Nous irons passer nos derniers jours tadjiks au Fann montagne et au bord du Lac. Nous ne vous dirons pas que nous avons eu une grosse frayeur en roulant de nuit et afin de quitter cette route infernale nous dormirons le long d'un ancien entrepôt désaffecté. A notre réveil, le voisin nous invite à déjeuner et nous repartirons avec des pommes.






   
Seulement 2 semaines ici et pourtant nous avons l'impression que le temps c'est arrêté. Nous nous répétons mais nous avons été touché par l'accueil et le paysage.